Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une école au Kham

Les enfants l'appellent "Gen La" (p.6)

 

Le 1er Novembre 2008, Tséring part enfin pour son premier circuit d’intervenant itinérant pour une aide à la scolarisation au Kham. De retour le 22 Novembre, dans un message de plus de deux pages argumenté de 51 photos, il nous raconte avec enthousiasme ces trois semaines si importantes pour lui. Après plusieurs heures de moto sur des chemins faisant office de route, Tséring et deux de ses « frères » (les amis sont aussi « frères ») arrivent à destination, un village au cœur d’aires nomades. En apprenant le but de leur venue, le Maire les accueille chaleureusement et avec d’autant plus d’enthousiasme qu’après l’échec d’une précédente tentative du fait de conditions climatiques trop rudes, il espère en la pérennité de cette heureuse initiative. A la vue de l’école abandonnée et fort endommagée, Tséring et les jeunes gens du village se lancent aussitôt dans un nettoyage de ce qui reste des salles de classe, débarrassent la cour des branches et autres débris et remettent sur pied quelques bureaux d’écoliers. Il y a bien de l’électricité au village, mais la construction d’un tunnel géant qui traversera la montagne voisine vient fréquemment interrompre la production d’énergie

 

Dans le but d’inciter les familles à envoyer les enfants en classe, le Maire organise le soir même une réunion d’information, et Tséring rend visite aux camps de nomades et villages proches  pour annoncer la mise en place de son programme de scolarisation de proximité et gratuit. Ce sont finalement 30 écoliers en herbe entre 5 et 12 ans, 13 filles et 17 garçons, qui s’inscrivent à cette "école" providentielle qui vient à eux. Dès le 3ième jour, les enfants sont répartis en deux groupes de niveaux homogènes. Assisté par deux autres instituteurs rappelés par le Maire du village, Tséring conduit enfin sa première classe, avec une émotion contenue mais réelle. Livres, cahiers, crayons et autres ustensiles sont distribués à ces enfants émerveillés par ces cadeaux aussi colorés que précieux car ils entrouvrent pour eux les portes du vocabulaire, de la grammaire, de l’écriture et de la lecture du Chinois et du Tibétain et celles du calcul. Il a été question d’acheter un tableau noir portable pour dispenser des cours en plein air les jours de grand soleil, malgré un vent froid quasi permanent. Entre deux cours, Tséring lit un conte ou emmène tout ce petit monde près du ruisseau pour une sensibilisation ludique à la propreté.

   

Au fait, les enfants l’appellent « Gen La » («L’instit ») et cela suffit à Tséring pour nous dire une fois de plus combien il importe que notre action désormais lancée se poursuive et réussisse ! « I hope they will be able to continue their study in the future … this is my dream of making them to be self reliant…” (“J’espère qu’ils pourront poursuivre leur études dans le futur … mon rêve est de leur donner confiance en eux-mêmes …”)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :